Cazeneuve vante la « présidentialité » de Macron et le bilan de Hollande,

Crédit AFP/Archives – By STEPHANE DE SAKUTIN

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a vanté jeudi près de Rouen la « présidentialité très affirmée » d’Emmanuel Macron, tout en rendant hommage au bilan de François Hollande qu’il va défendre au cours de la campagne pour les élections législatives.

Au cours d’un premier meeting à Val de Reuil (Eure), au sud de Rouen, le chef du gouvernement a commenté le débat télévisé de mercredi soir. « Deux visions de la France se sont affrontées », a estimé M. Cazeneuve.

« D’un côté l’excès, l’extrémisme, l’outrance, la manipulation, le mensonge, l’absence de projet, a-t-il dit de la candidate du Front national.

« De l’autre une volonté d’apaisement, une exigence de précision dans ses propos sur les sujets qui ont été abordés, un sérieux et déjà une présidentialité très affirmée », a-t-il dit d’Emmanuel Macron. « Je pense que ce débat aura contribué à éclairer les Français », a-t-il ajouté.

A Canteleu, à l’ouest de Rouen, devant quelque 200 personnes réunies dans une salle municipale, M. Cazeneuve a défendu le bilan de M. Hollande estimant que « M. Macron ne retrouvera pas, en accédant à l’Elysée « la situation désastreuse que nous avions trouvée », en 2012, à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Au cours des cinq prochaines années « il y a une place pour la vérité, pour ce que nous sommes, pour le socialisme de gouvernement », a-t-il estimé.

« Ne vous laissez pas impressionner, restez debout, la France a besoin de ce que vous êtes », a-t-il lancé aux militants socialistes.

« Avec le temps les Français rendront justice à l’action de François Hollande », a déclaré le Premier ministre, à quelques kilomètres de Rouen, sa ville natale.

Tout en réclamant un « choix clair » pour M. Macron, M. Cazeneuve a ajouté que les socialistes pouvaient contribuer à sa réussite tout en restant eux-mêmes ».

« C’est possible, c’est souhaitable, c’est tout l’enjeu des élections législatives au lendemain de l’élection présidentielle ».

« Après que dimanche nous aurons aidé à l’élection d’Emmanuel Macron, j’essaierai partout où c’est possible (lors des législatives, ndlr) de dire ce que nous voulons, avec la fierté de ce que nous sommes », a-t-il conclu.

Avec AFP

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mélenchon, Le Pen, Ruffin… le retour des tribuns à l’Assemblée

Loin d’une Assemblée unicolore et terne, comme le prédisaient ou le redoutaient certains, ...