Le Guen « n’imagine pas » que Macron « ne soit pas dans l’esprit de rassemblement »

Crédit AFP/Archives – By Eric FEFERBERG

Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat au Développement, a déclaré mercredi qu’il « n’imaginait pas » qu’Emmanuel Macron « ne soit pas dans l’esprit du rassemblement », annonçant qu’il serait lui-même « candidat » aux législatives dans « la majorité présidentielle ».

« Je pense que le souci d’Emmanuel Macron est un souci de rassemblement des Français », a estimé Jean-Marie Le Guen lors de l’émission « Questions d’info » LCP-Franceinfo-Le Monde-AFP. « Je n’imagine pas que le président de la République ne soit pas dans l’esprit du rassemblement », a-t-il ajouté.

« Ca passe évidemment par une majorité cohérente à l’Assemblée nationale », a poursuivi le secrétaire d’Etat chargé du Développement et de la Francophonie. Et de préciser que lui-même, qui va briguer un nouveau siège de député à Paris en juin, se situe « dans cette majorité présidentielle ». « Je fais le même choix politique » que Manuel Valls, et « serai candidat avec cette volonté politique affichée » aux élections législatives de juin, a annoncé Jean-Marie Le Guen. « Je ne quitte absolument pas le PS », a-t-il nuancé.

Proche de Manuel Valls, M. Le Guen a défendu l’ex-Premier ministre: Il « a fait un choix politique, c’est pas un choix électoral ». Au sujet d’une possible exclusion de M. Valls du Parti socialiste, Jean-Marie Le Guen a dénoncé « les frondeurs transformés en ayatollahs »: « Honnêtement, ça me fait pleurer. Au point où nous en sommes, quelle est l’autorité morale et politique de ces gens-là ? », a-t-il lâché.

« C’est pas la rue de Solférino qui résume le socialisme », a poursuivi le secrétaire d’Etat. « Le socialisme a existé avant la rue de Solférino et il existera après. »

Quant aux « conditions » posées par Emmanuel Macron à l’investiture des candidats de La République en marche, Jean-Marie Le Guen les a jugées « légitimes au plan politique ». Il a même assuré que « 30 ou 40 élus réformateurs » socialistes à l’Assemblée nationale « se sentent portés », comme lui, « à être dans la majorité avec M. Macron sans qu’il y ait de divergence stratégique ».

Avec AFP

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mélenchon, Le Pen, Ruffin… le retour des tribuns à l’Assemblée

Loin d’une Assemblée unicolore et terne, comme le prédisaient ou le redoutaient certains, ...