Bayrou fustige la « sarkhollandisation » du débat présidentiel

Invité ce matin au journal Le Parisien pour un entretien avec des lecteurs du quotidien, François Bayrou a dénoncé le clivage UMP/PS de la campagne présidentielle.

« L’idée qu’on pourrait continuer avec le parti actuel au pouvoir et les mêmes hommes, ou bien que le PS pourrait avoir tous les pouvoirs, franchement ça donne envie de se faire naturaliser australien » a-t-il ironisé devant les 25 lecteurs venus l’interroger. Il ajoute un peu plus loin que « si vous écoutez les sondages, n’allez pas voter! Deux candidats ont disparu en deux jours. Le paysage se simplifie. Il n’y a que trois candidats éligibles parmi ceux qui restent. Si les gens ont envie de mettre fin au règne de Sarkozy, il ne reste que Hollande et moi ».

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Après le désastre des législatives, le PS dans un champ de ruines

Décapité, décimé, divisé, appauvri… le PS va devoir entamer le chantier de sa ...