Jean-Luc Mélenchon se dit prêt pour la présidentielle de 2017

Jean-Luc Mélenchon

Le co-fondateur du Parti de Gauche et ancien candidat à la présidentielle de 2012 pour le FDG, Jean-Luc Mélenchon, s’est dit prêt pour une nouvelle candidature.

« Je pense que j’ai le droit de dire que ma responsabilité est particulière dans ce paysage car j’ai été le candidat et je me dois à ceux qui éventuellement pourraient souhaiter que je le sois de nouveau. (…) J’ai un devoir particulier », a annoncé Jean-Luc Mélenchon lors du congrès du Parti de gauche.

« Il faudrait que comme les autres je prenne un air distrait et peut-être même effarouché lorsqu’on me parle de 2017. Je devrais, la mine grave, dire +j’attends que mes amis m’en supplient ou bien que l’inspiration me vienne+ », s’est-il amusé. « D’autres disent ‘d’abord le projet’. Oui, très bien ceux qui n’en ont pas n’ont qu’à en avoir un. Moi j’en ai un depuis 2012, il s’appelle l’Humain d’abord », a expliqué l’eurodéputé.

« Entre-temps, on a appris beaucoup de choses et beaucoup de gens ont évolué. J’observe que dans la prise de conscience écologiste, beaucoup de progrès ont été faits, y compris dans nos rangs au Front de gauche. Il faut capitaliser tout ça », a-t-il dit.

Selon lui, « 2017 est l’occasion de renverser la table». «2017 n’est pas un concours de sensibilité, de disponibilité. C’est l’occasion majeure d’un combat frontal ». « Comme vous me voyez, je suis et je ne changerai pas. Je leur tiens tête parce que je suis du Parti de gauche et le Parti de gauche ne fait pas de compromis pourri avec le système », a-t-il promis devant des militants comblés.

« Il n’y a pas d’autre chemin que d’ouvrir une voie alternative claire, franche, devant le peuple français. Et il doit avoir confiance en celui qui leur parle », a précisé Jean-Luc Mélenchon. « Je ne céderai jamais à aucune combine, à aucun arrangement, vous pouvez avoir confiance », a-t-il juré.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Après le désastre des législatives, le PS dans un champ de ruines

Décapité, décimé, divisé, appauvri… le PS va devoir entamer le chantier de sa ...