Jean-Pierre Mélia de « Pékin Express » se porte candidat à la présidentielle de 2017

Jean-Pierre Mélia, un ancien participant de l’émission « Pékin Express » vient d’annoncer qu’il serait candidat pour l’élection présidentielle de 2017.

« Pékin Express, vous vous souvenez ? Rejoignez-moi pour une nouvelle aventure ! Avec pour dernière étape, l’Elysée », annonce-t-il sur son blog. L’ancien candidat de la saison 3 et 4 de Pékin Express souhaite rétablir la « vérité » que nous cacheraient les médias et autres personnalités politiques. Entre discours sur la dette et risque de tsunami à Toulon qui serait délibérément occulté par la presse, Jean-Pierre Mélia se positionne, non clairement, mais logiquement, vers certains partis ou mouvances se disant ouverts à « l’égalité », contre la « grande finance » et pour la restauration d’une « souveraineté » perdue à cause de cette terrible Union européenne…

Baptisé « Le Vrai rassemblement », ce parti se dit ouvert à toutes les sensibilités politiques, tout en s’affirmant « apolitique ». Étrange, mais c’est une rhétorique que l’on retrouve toutefois assez régulièrement dans certains partis ou associations. Selon lui, cette idée, qui n’a rien de nouveau, lui serait venue à l’occasion d’un dîner avec des amis, comme il expliquait dans le quotidien Var Matin récemment : « Nous avons constaté que nous votions différemment, mais que nos aspirations étaient identiques ». Et leurs aspirations identiques concernaient par exemple le fait que tous les politiciens sont des « escrocs » et que l’un des moyens de « sauver la France » serait de « ne jamais mentir aux Français ». Tout un programme.

Mais Jean-Pierre Mélia a aussi un programme économique : « Si un candidat vous promet de n’augmenter ni le CSG, ni la TVA, ni votre impôt sur le revenu… Il ment. Il ment, car pour rétablir l’équilibre de nos finances publiques, il devrait réduire drastiquement toutes ses dépenses […] Le Vrai Rassemblement ne vous mentira jamais ». En bref, augmentation des rentrées fiscales (à quel niveau) et coupure des robinets en faveur des dépenses publiques. Cela concernerait-il la santé, les aides aux logements, l’éducation ou les allocations chômage ? On ne le sait pas encore, puisque son programme ne sera publié qu’au mois d’octobre prochain. Il lui faudra cependant recueillir les 500 signatures d’élus nécessaires pour valider sa candidature.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Après le désastre des législatives, le PS dans un champ de ruines

Décapité, décimé, divisé, appauvri… le PS va devoir entamer le chantier de sa ...