Fillon prêt à voter PS en cas de duel avec le FN au second tour de la présidentielle

François fillon a été clair. Si le Front national était amené à passer le second tour du scrutin présidentiel de 2017, il appellerait à voter pour le Parti socialiste.

Invité sur la chaîne d’information en continue BFM TV, l’ancien premier ministre François Fillon a donner sa consigne de vote en cas d’affrontement entre le Parti socialiste et le Front national au second tour de la présidentielle à venir. « À une élection présidentielle, si ce qui était en jeu, c’était les valeurs de la République, bien entendu, sans aucune hésitation. Et j’espère bien que le candidat de la gauche appellerait à voter pour le candidat de la droite dans la même circonstance », a-t-il dit.

« J’ai siégé à l’Assemblée nationale entre 1986 et 1988 avec, grâce à François Mitterrand, 25 ou 30 députés Front national. J’étais président d’une commission, j’en avais cinq dans ma commission, dont un qui avait été condamné à mort par contumace pour avoir tenté d’assassiner le général de Gaulle. Cela montre que le danger est plus ancien qu’on le dit », a expliqué le député de Paris. Le programme du FN est « absurde, c’est une sorte de mélange entre l’extrême gauche et l’extrême droite qui ne peut conduire qu’à la catastrophe économique. C’est un danger qui doit à tout prix être écarté », a estimé François Fillon.

Celui qui n’a pas donné de consigne de vote aux électeurs de l’UMP lors de la dernière législative dans le Doubs, au cours de laquelle se sont retrouvés le PS et le FN au second tour, estime qu’il n’y avait pas de danger lors de ce scrutin , mais qu’il y en aurait un pour une présidentielle. L’homme semble donc penser que le Front national est un parti comme les autres lorsqu’il s’agit d’une élection locale, mais qu’il représente un danger pour la République dans son ensemble au niveau national. Un peu léger niveau cohérence.

Alain Juppé ou encore Nathalie Kosciusko-Morizet se sont en revanche récemment déclaré être farouchement opposé au FN et appelle les sympathisants et militants de l’UMP à voter pour le PS en cas de duel avec le FN, et ce, tant au niveau local que national. Une posture politique qui ne rejoint d’ailleurs pas toujours celles d’autres dirigeants de l’UMP, partisans du « ni-ni », ni PS, ni FN.

Laisser une réponse

x

Check Also

Après le désastre des législatives, le PS dans un champ de ruines

Décapité, décimé, divisé, appauvri… le PS va devoir entamer le chantier de sa ...